Perte de données, quels sont les bons réflexes à adopter ?

Perdre ses données n'est pas une fatalité, comment s'en prémunir ?

Parce que les ennuis volent généralement en escadrille, vous savez bien ;-), et que le dicton qui colle le mieux à la perte de données, on vous le confirme, c’est bien : « mieux vaut prévenir que guérir »… Nous vous donnons ici quelques conseils pour ne pas vous retrouver dans une situation compliquée.

Sauvegarder, sauvegarder et encore sauvegarder

En informatique, sans sauvegarde pas de salut ! C’est la base. D’ailleurs souvent, au cours des formations, alors que les apprentis informaticiens sont face à leur ordinateur et planchent sur un exercice pratique, il est classique qu’un professeur espiègle, coupe l’électricité au moment où personne ne s’y attend. Souvent, un certain nombre d’étudiants sont fous de rage et se demandent pourquoi le professeur a-t-il agi ainsi ? En réalité, le courageux professeur (risquant plus ou moins le lynchage !) a tout bonnement voulu faire comprendre à ses étudiants l’importance de la sauvegarde régulière des données. Les étudiants qui n’avaient pas enregistré leur travail, le voyaient perdu, alors que les étudiants prévoyants pouvaient tranquillement reprendre là où ils en étaient restés, avant la blague…

Cette anecdote est tout sauf anodine. On sous-évalue toujours les conséquences de ne pas avoir mis en place un plan de sauvegarde pour prévenir la perte de données. Chez les professionnels, les conséquences peuvent être très lourdes, avec, parfois l’arrêt pur et simple de l’activité !

Une sauvegarde régulière des données est LA chose la plus importante à faire pour tout propriétaire d’ordinateur. On ne sait jamais quand un problème va se produire et, lorsqu’il se produit, on remercie le ciel d’avoir à disposition une copie de sauvegarde, et de ne pas avoir à passer par la case récupération de données.

Quelles solutions de sauvegarde pour éviter la perte de données ?

Sauvegarder sur le cloud

Les solutions possibles pour effectuer une sauvegarde régulière de ses données importantes ont bien évoluées. Avant, nous vous aurions conseillé de faire une copie sur CD/DVD par exemple. On pense maintenant immédiatement aux solutions de stockage sur le Cloud (en nuage). Les plus évidentes sont les solutions offertes au grand public mais il existe aussi une multitude de services de stockage pour les professionnels. On songe évidemment aux 5 Go de forfait gratuits de OneDrive, disponibles pour tout utilisateur de Windows, ce qui permet de retrouver ses documents tout au long de la journée, sur des appareils très différents.

Nous étions encore assez fans de la sauvegarde Cloud de Hubic, mis à disposition par Ovh. Mais ce service a malheureusement été arrêté depuis peu. On vous laisse tester un service alternatif, à partir de 2,00 € par mois : Swiss backup par la société Infomaniak.

Côté logiciels de sauvegarde, ces derniers vous permettront de mettre en place une sauvegarde automatisée, voire incrémentielle (seules les dernières modifications sont prises en compte dans le processus de sauvegarde, pour réduire l’espace disque utilisé), et parfois même conserver différentes versions d’un même fichier.

Dans les paramètres de mise à jour et sécurité, partie sauvegarde, vous pourrez encore retrouver un outil Windows présent à minima sur votre poste, mais seuls des logiciels type Cobian Backup en open source ou EaseUs en freeware, vous permettrons d’aller plus loin pour mettre en place vos backups de façon très fine.

Sauvegarder ses données dans le cloud

Les solutions matérielles

Il peut toujours être intéressant de disposer de sauvegardes manuelles, stockées sur un support externe, type disque dur externe ou support de mémoire flash, que l’on peut éventuellement envisager de garder à un endroit différent de son lieu de travail principal, pour pouvoir retrouver son outil de travail en toutes circonstances, même en cas de sinistre : incendie, inondation…

Trier cette sauvegarde peut encore donner l’occasion de séparer ce dont on se sert de ce qui est devenu totalement inutile, voire dangereux lorsqu’il y a des failles de sécurité dans les applications.

Pour ce qui est des solutions physiques, les architectures RAID restent des valeurs sûres qui permettent une redondance des données sur plusieurs supports et donc, présentent un moyen efficace de retrouver ses données dans bien des cas de pannes. Il s’agit d’un système très robuste de sauvegardes de données.

Les architectures Raid se démocratisent aussi pour les particuliers, avec l’utilisation toujours plus courante de petits serveurs Raid domestiques tels que les Nas Synology, véritables références sur leur marché, et qui traitent efficacement les fichiers.

Utiliser un logiciel de récupération de données

Comme nous l’avions déjà précisé, notamment dans ce guide destiné à vous aider à y voir plus clair : lorsqu’une perte logicielle survient, il n’est pas recommandé d’installer un nouveau logiciel sur un disque dur. Cela aurait pour effet de venir éventuellement écraser les données à récupérer.

Une bonne habitude consisterait à installer un logiciel de récupération de données avant qu’un problème ne se manifeste ! Ou bien à avoir ce logiciel sur un autre ordinateur et de venir ensuite brancher le support « en esclave » ou en prise USB, afin de pouvoir le scanner sans courir de risque de réécriture involontaire.

Partitionner son disque dur et sauvegarder ses données importantes sur une partition différente de la partition primaire serait encore à mettre au crédit des bonnes pratiques, le but étant, encore une fois, de diminuer l’écriture de données qui pourrait venir écraser les fichiers à récupérer. La réinstallation d’un système serait également simplifiée en cas de catastrophe plus large.

Éviter la perte de données : partitionner le disque dur
Dans le Gestionnaire de Disques sur Windows (capture), Linux ou Mac, partitionnez votre disque dur en plusieurs partitions distinctes pour y stocker vos données selon leur nature (SYSTEME, TRAVAIL, DONNEES, SAUVEGARDE…). En cas de crash-disk vos données seront plus facilement récupérées avec toute l’arborescence qui commence à la racine de chaque partition.

L’emploi de deux disques durs séparés peut encore présenter un intérêt. Dans le cas de l’utilisation conjointe d’un SSD et d’un disque dur mécanique, on installe normalement l’Os et les applications sur le SSD alors que les données se destinent au disque physique.

Protéger votre système

Et bien sûr, le meilleur moyen de se prémunir de la perte de données, c’est d’agir en amont, notamment au niveau de la sécurité. Avec toutes les menaces qui sévissent aujourd’hui et qui ont défrayé les chroniques ces dernières années, impossible de pratiquer la technique de l’autruche et de penser que ça n’arrive qu’aux autres…

L’installation d’un antivirus est, sans grande surprise, un moyen indispensable de vous protéger contre d’éventuelles menaces qui pourraient s’attaquer à vos données. Il est aussi important de mettre à jour son antivirus régulièrement pour qu’il soit en mesure de répondre aux tout derniers risques. Les professionnels devront sans doute s’équiper d’un antivirus payant.

On ne pourra pas non plus faire l’économie d’un pare-feu (firewall), en le paramétrant bien de préférence.

Un dispositif physique qui peut encore éviter la perte des données est l’ASI (Alimentation Sans Interruption ou UPS en anglais) qui procurera assez de courant, en cas de panne électrique, pour que vous soyez en mesure de sauvegarder vos données avant d’éteindre l’ordinateur.

Vous pourrez encore utiliser des systèmes électriques qui éviteront les problèmes de tensions électriques, fatales quelquefois aux composants électroniques.

Enfin, un dernier point important : pour protéger son ordinateur, il est indispensable de faire les mises à jour de son système d’exploitation et de ses applications, régulièrement (Les fameuses « Windows Updates » dans le cas de Windows). Cette précaution assure que le système est le plus stable possible, et qu’il restera imperméable aux exploits pour éviter que cryptolockers, ransomware, et autres drôleries n’en profitent…

Dernière astuce pour effectuer les mises à jour de votre système, sur Windows : nous on a vraiment bien aimé le gestionnaire de paquets Chocolatey qui permet de lancer des updates à la volée de l’ensemble des applications, comme sur les systèmes Unix.